POURQUOI ?

 

DANS QUEL BUT ?

 

Le Fonds de dotation est né de la volonté du président du Groupe Aplus, Marc Dubois, de s’engager dans une démarche citoyenne en soutenant des initiatives ou des études d’intérêt général dans le domaine de la Préservation du capital santé, de la Prévention santé et des Interventions non médicamenteuses quel que soit l’âge.

 

 

 

Un Fonds de dotation a été créé par le Groupe Aplus le 20 avril 2013, Date de Parution au Journal Officiel. Il porte la dénomination de Fonds de dotation Groupe Aplus.

Ce fonds de dotation a pour objet de « recevoir et gérer en les capitalisant des biens et droits de toute nature qui lui sont apportés à titre gratuit et irrévocable afin de mener, de financer ou de cofinancer des missions, actions ou programmes d’intérêt général mis en œuvre par lui-même ou par un ou plusieurs organismes sans but lucratif d’intérêt général dans le domaine de la prévention santé et de la thérapie non médicamenteuse. ».


Télécharger les statuts


 

Le  but principal du Fonds de dotation Groupe Aplus est de promouvoir toute action et/ou recherche d’intérêt général destinées à développer des initiatives innovantes pour préserver le « capital santé » et promouvoir le bien-être et la qualité de vie quel que soit l’âge.

L’objet même du Fonds de dotation Aplus est innovant puisqu’il aborde le mécénat d’entreprise au travers de deux concepts positifs tels que la Prévention santé et les Interventions non médicamenteuses.

Le concept de « Prévention Santé » concerne l’amélioration de l’état de santé de la population quel que soit l’âge en prévenant l’apparition, le développement ou l’aggravation de pathologies. L’objet même du Fonds de dotation exclue ainsi toute intervention dans le domaine médical.

Trois domaines d’intervention émergent ainsi de cette problématique indépendamment des critères d’âge ou de l’état de fragilité et/ou de handicap :

  • Les règles hygiéno-diététiques :

Ce domaine s’intéresse aux actions visant à promouvoir et à diffuser des bonnes pratiques facilitant une bonne hygiène de vie : les  activités physiques et sportives, les  modifications des comportements alimentaires, et les règles d’hygiène.

  • Les Traitements et interventions physiques et/ ou psychologiques :
Dans le cadre de la prévention secondaire, ce champ d’intervention a pour but de promouvoir des actions et des recherches s’appuyant sur des approches psycho-sociales et des thérapies non médicamenteuses.
 
  • Les interventions sur l’environnement physique direct :

Il s’agit de soutenir des actions visant à favoriser le développement d’environnements extérieurs – intérieurs adaptés contribuant au bien-être, à l’apaisement, à l’adaptation des usagers.


En outre, certaines thématiques transversales seront également spécifiquement abordées dans le cadre du fonds de dotation, dans le cadre de partenariats spécifiques avec d’autres associations ou Fondations reconnues d’utilité publiques comme par exemple :

L’accompagnement des personnes âgées atteintes de troubles cognitifs, afin d’encourager les initiatives favorisant le mieux ou bien-être, la préservation du « capital-santé » des résidents / familles / salarié

L’apprentissage des conditions d’une bonne hygiène de vie chez les plus jeunes.

Le sport comme vecteur d’apprentissage des conditions d’une bonne hygiène de vie.

Le sport, une intervention non médicamenteuse *

Bien-être et alimentation équilibrée et de qualité

revenir en haut


QU'EST-CE QUE LA PREVENTION SANTE ?

   

 

L’une des problématiques majeures du Fonds de dotation Groupe Aplus concerne la prévention Santé. Selon l’article L1417-1 du Code de la Santé Publique, la Prévention a pour but «d’améliorer l’état de santé de la population en évitant l’apparition, le développement ou l’aggravation des maladies ou accidents, et en favorisant les comportements individuels et collectifs pouvant contribuer à réduire le risque de maladie».


 La prévention Santé peut se décliner en trois catégories : la prévention primaire, secondaire et tertiaire.

• La prévention primaire : Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la prévention primaire désigne l'ensemble des actes destinés à diminuer l'incidence d'une maladie ou d'un problème de santé, donc à réduire l'apparition des nouveaux cas dans une population saine1 par la diminution des causes et des facteurs de risque. L'OMS emploie aussi le terme de protection spécifique en tant qu'ensemble de mesures applicables à une maladie ou groupe de maladies pour en bloquer les causes avant qu'elles n'agissent sur l'homme ; en d'autres termes, pour empêcher la survenue de la maladie.

En agissant en amont, avant l'apparition de la maladie et de ses symptômes, cette prévention empêche l'apparition de cette maladie. Elle utilise l'éducation pour la santé, la promotion de la santé et l'information auprès de la population. C'est la meilleure des préventions car elle peut aboutir à la disparition de la cause, l'éradication de la maladie. A titre d’exemple, nous pouvons la retrouver sous forme individuelle, comme pour les campagnes de vaccination, de recommandations d'hygiène bucco-dentaire, physique ou alimentaire et également sous forme de prévention primaire collective avec des mesures de salubrité, l'élimination de déchets, la distribution d'eau potable. Elle constitue une des composantes majeures de la Santé Publique.

La prévention primaire se décompose autour de trois axes :

Elle a tout d’abord pour objectif la diminution du nombre de nouveaux cas d’une affection donnée. L’exemple type de prévention primaire est la vaccination, qui protège chaque individu d’une affection donnée.

 

 

Elle couvre également les modifications des comportements des personnes : prévention des comportements alimentaires à risque (alcool…) ou encore prévention du tabagisme sont des exemples de prévention primaire qui influent sur le comportement.

Enfin, elle agit sur l’environnement : la prévention environnementale a pour but de développer une culture de bien-être par l’exercice physique ou encore promouvoir une ambiance de travail moins stressante.

La prévention secondaire vise à réduire la gravité d’une maladie – que l’on ne peut pas empêcher d’apparaître – et sa durée d’évolution en la diagnostiquant le plus tôt possible. Ce type de prévention se développe par le biais du dépistage, notamment pour les cancers (cancer du sein, colorectal…) ou pour d’autres pathologies comme l’hypertension artérielle ou le diabète. Les mesures de prévention sont destinées à minimiser les risques de récidive.

La prévention tertiaire enfin intervient lorsque la maladie est déjà installée, pour éviter sa récidive ou sa complication. La rééducation suite à un infarctus du myocarde est un exemple de prévention tertiaire.


Le concept de « Prévention Santé » concerne l’amélioration de l’état de santé de la population quel que soit l’âge en prévenant l’apparition, le développement ou l’aggravation de pathologies. Cet objet inclue également un caractère éducatif en favorisant les comportements individuels et collectifs qui contribuent à réduire les facteurs de risques.

L’objet même du Fonds de dotation concerne exclusivement la prévention primaire et secondaire et exclue ainsi toute intervention dans le domaine de la santé pure ou dans le domaine des interventions médicamenteuses et des traitements médicaux.

 

revenir en haut


POURQUOI SOUTENIR LES INTERVENTIONS NON MEDICAMENTEUSES ?

   


Les interventions non médicamenteuses ont pour principaux objectifs pour les personnes accompagnées fragilisées et/ou leur entourage de :

•    Limiter les situations de stress
•    Assurer leur sécurité
•    Respecter la dignité et la volonté de chaque individu.
•    Améliorer leur qualité de vie

Il existe différentes formes d’interventions non médicamenteuses : les interventions sur l'environnement (spatial/temporel/rythmes), les approches comportementales, les approches cognitives, les interventions récréatives et sociales et les approches psychothérapeutiques.


La Haute Autorité de Santé (HAS) distingue dans son rapport d’avril 2011 concernant les thérapies non médicamenteuses :

  • Les règles hygiéno-diététiques :

•    les régimes diététiques.
•    les  activités physiques et sportives.
•    les  modifications des comportements alimentaires.
•    les règles d’hygiène.

 

 

  • Les traitements psychologiques :

•    les thérapies d’inspiration analytique.
•    les  thérapies cognitivo-comportementales.

  • Les interventions physiques :

•    les techniques de rééducation  kinésithérapie, ergothérapie, chiropratiques, etc.
•    les interventions sur l’environnement physique, espaces intérieurs et extérieur,

Plus simplement, le fond de dotation est consacré au développement et la préservation du « Capital santé », du bien-être et de la qualité de vie quel que soit l’âge.

 

revenir en haut


QUELLES SONT NOS MISSIONS ?

   

 

Le Fonds de dotation cherche notamment à :

• Soutenir et accompagner toute initiative de terrain originale, pertinente et innovante.
• Encourager la recherche en sciences humaines et/ou en santé publique,
• Diffuser l’information et les connaissances,

Le Fonds de dotation Groupe Aplus soutient les projets sélectionnés.  Chaque projet retenu fait l’objet d’une instruction approfondie, afin de vérifier la recevabilité du projet au regard des critères définis par le Fonds de dotation, Les dossiers sont ensuite présentés au Conseil d’Administration pour décision.

 

 

Pour mener à bien ses missions le Fonds de dotation Groupe Aplus dispose de différents moyens :

• Le soutien financier ou méthodologique.
• Le soutien à des études et des recherches permettant d’améliorer la connaissance des pratiques, des dispositifs et leur évaluation.
• Le développement de supports d’information, de communication.
• La collaboration avec tout organisme, Fondation ou Administration poursuivant en France ou à l’étranger des actions similaires ou complémentaires.

revenir en haut


QUELS SONT NOS OBJECTIFS ?

   

 

Le Fonds de dotation a pour principal objectif de construire des réponses appropriées afin de :

• Mieux comprendre les enjeux de la prévention santé pour apporter des réponses appropriées au plus près des besoins.
• Observer et analyser les dispositifs en France et à l’étranger pour identifier les vrais enjeux sociétaux,

 

 

• Accroître l’expertise et le savoir-faire des équipes, des professionnels, du grand public,
• Valider scientifiquement les interrogations, les hypothèses, les pratiques des professionnels, de la société.
• Encourager la diffusion de l’information, de la réflexion et des bonnes pratiques en matière de prévention santé et d’intervention non médicamenteuses.

revenir en haut


QUELLES SONT NOS VALEURS ?

   

 

Les valeurs portées par le Fonds de dotation sont :

• Privilégier l’humain au cœur de tous les projets,
• Encourager les principes d’une bonne hygiène de vie,
• Respecter l’équilibre et l’harmonie naturelle de l’environnement,

 

 

• Promouvoir les bonnes pratiques professionnelles,
• Sélectionner soigneusement les projets,
• Respecter les bénéficiaires et leurs projets, leurs choix et leur expertise de terrain,
• Accepter les risques  - mesurés- de l’expérimentation et de l’innovation

 

revenir en haut